Service d'Accueil Familial Provincial

Témoignages




Daniella 34 ans et Messaline 33 ans

Avant d’oser franchir le pas, on pensait que cela serait difficile d’accepter un enfant qui n’est pas le notre et qui a déjà un vécu parfois douloureux.
Après une longue réflexion nous avons accueilli un petit garçon de 2 ans et demi.
Cela n’a pas toujours été facile, mais en mettant des limites, c’est possible et cela apporte du positif tant pour l’enfant que pour nous.
En définitive cette expérience enrichissante nous permet d’apprendre tous les jours. Notre capacité d’écoute et d’attention se développe. Cela nous a rendues plus responsables, nous avons dû nous remettre en question sur la façon d’éduquer un enfant et surtout de voir les choses de la vie.
Notre instinct parental est ressorti naturellement.


Monique 54 ans

C’est vrai que cela n’est pas toujours facile, il nous a fallu connaître ce petit garçon, intégrer son histoire dans notre famille, accepter sa famille.
Cela apporte beaucoup, on s’ouvre à l’autre…
Quand pour la première fois il m’a sauté au cou en me disant « je t’aime », j’en ai eu les larmes aux yeux, il nous apporte plus que ce qu’on peut lui donner.



Danièle 58 ans

Depuis aussi longtemps que je me souvienne j’ai toujours été en compagnie d’enfants, c’est d’ailleurs avec eux que je me sens le plus à l’aise.
Je suis seule à la maison, et donc entièrement disponible pour donner toute l’attention, l’amour et le respect et sans doute un petit brin de fantaisie que chaque enfant est en droit de recevoir.
Si je peux contribuer à l’éducation et au bien être d’un enfant sans avoir la prétention d’être parfaite en tout, ma vie servira encore à quelque chose.
Je ne peux pas envisager de rester les bras croisés en attendant que le temps passe.


Thierry 46 ans et Andrée 45 ans et les enfants

Bonjour, nous sommes la famille C.

Notre histoire est peut-être particulière car nous sommes une famille de
huit enfants. Trois enfants sont nés de notre union, un enfant a été adopté, et quatre (dont deux avec un handicap mental léger) sont en accueil.

Quand nous avons décidé d'accueillir un enfant handicapé dans notre foyer, nous collaborions déjà avec un service d'accueil familial.
De là, on s’est posé la question « pourquoi ne pas aider un enfant avec un handicap ? » et de ce questionnement, la grande aventure a commencé.
Notre but était de sortir cette petite fille du home pour pouvoir lui donner de l'amour et lui faire vivre des expériences de la vie de famille.
Maintenant, elle a un papa et une maman d'accueil tout en gardant un contact, une fois par mois, avec sa mère biologique.

Cette petite fille nous donne de l'amour et en reçoit de surcroît. Nous vivons avec ses difficultés et son handicap.
De plus, elle fait d'énormes progrès et cela nous procure beaucoup de joie.
Malgré les hauts et les bas,elle reçoit et recevra toujours de l'amour.

Sachez que nous sommes accompagnés par des professionnels qui nous aident en cas de problèmes ou de questions, ils nous rendent souvent visite pour nous conseiller et surtout nous écouter face à nos difficultés quotidiennes et parfois exceptionnelles (« nous faisons partie d'une grande famille »).
Voilà pourquoi, nous avons accueilli tous ces enfants dans notre maison.

Enfin, nous pensons que tout enfant normal ou handicapé a le droit de connaître l'amour et la joie d'une famille.
Alors ne soyons pas égoïstes et pensons à tous ces enfants qui restent dans des institutions et qui attendent une famille d'accueil.

éditeur responsable : Julie Peeters, maintenance du contenu : Julie Peeters,
date mise à jour : 2-9-2010, s'identifier